Avant et après l’écriture….

Travaillant sur l’album « La bataille de l’alphabet » d’Eglal Errera qui raconte la création des lettres et la mise en place de l’alphabet pour que tous les enfants du monde puissent écrire, nous avons essayé de lister tout ce qu’on ne pourrait pas faire si l’écriture n’existait pas, ainsi, on ne pourrait ni écrire ni lire :

les recettes, les livres, les listes au Père-Noël, les cartes postales ou lettres, les règles des jeux, les noms des copains, des jeux, la liste de courses, le GPS, une adresse, les invitations aux anniversaires….

Nous nous sommes rapidement aperçus que l’écriture est tout autour de nous et qu’on la rencontre dans la boîte aux lettres, sur les ordinateurs, tablettes et téléphone, à la télévision, dans le journal, dans les livres, à l’école, sur les panneaux routiers, sur l’alimentation…

On en a alors déduit que l’écriture nous aide beaucoup dans la vie quotidienne…

Les sèches de Nancray

Après avoir réussi avec succès le jeu de piste gourmand aux maisons comtoises et avoir trouvé tous les ingrédients de la recette, nous avons réalisé en classe des sèches.

Le premier jour, nous avons préparé la pâte avec de la farine, de la crème et du sel. (la recette sera dans notre classeur)

Le deuxième jour, nous avons étalé (non sans mal car cela collait) la pâte et l’avons découpée à la roulette en petites parts avec une roulette avant de les sucrer abondamment. Malheureusement là, il n’y a pas de photo car la maîtresse avait les mains dans la pâte.

Mais voici le résultat après cuisson :

Et voyez comme ils sont sages ces enfants quand ils attendent quelques sèches !

Bonne dégustation !

Tout le monde a apprécié.

Les maisons comtoises de Nancray

Lundi 27 mai nous sommes allés au musée des maisons comtoises à Nancray.

Après avoir posé nos sacs et écouté les consignes,

nous avons fait un jeu de piste gourmand durant lequel nous devions découvrir les différents ingrédients composant la recette des sèches, petits gâteaux franc-comtois, à partir de devinettes et d’objets dans les maisons.

Puis ce fut l’heure du pique-nique tant attendu !

Tout le monde a repris des forces avant cette fois-ci de chercher divers indices dans les maisons comtoises afin de voir si on était de bons observateurs. Il fallait chercher des graphismes, des formes, des objets de certaines couleurs, compter des sabots, des meules de comté….

 

 

Les Grands sont de fins limiers et tous ont eu le temps de déambuler dans le « parc ».

 

 

Mais tout a une fin et on a dû prendre le chemin du retour …. un peu fatigué quand même !

 

Merci à tous les parents pour le partage des photos.

Quelques remarques des enfants le lendemain sur notre sortie :

« On a vu des maisons anciennes en pierre. Les toits étaient au début en paille (chaume), en bois, puis en métal, en tuiles.

La nuit dans les maisons, les gens utilisaient des bougies car il n’y avait pas d’électricité ni de lampe torche.

Il n’y avait pas de toilettes ; il fallait aller au fond du jardin ou utiliser un seau la nuit.

Les lits étaient différents ; certains étaient comme dans des placards.

On chauffait les chambres avec un poële.

On a vu des objets d’autrefois : le moulin à café, les bassines pour se laver, les casseroles…

Dans certaines maisons, il y avait une grande cheminée (le tuyé) où on fumait le jambon, les saucisses. Cela servait aussi à chauffer la maison et on cuisait dans un four. »

On a appris que le comté se fabrique dans une fruitière et qu’il n ‘y avait souvent qu’un four à pain par village. »

 

Anniversaire de mai

Bien que seule à fêter ses 6 ans en ce mois de mai, Alix a gardé le sourire en soufflant ses bougies.

Elle a gâté ses camarades avec deux délicieux gâteaux, boissons et bonbons…. une fin de mois bien sympathique !

BON ANNIVERSAIRE ALIX

Abstraction et imagination….

Ayant travaillé sur les formes, nous avons découvert

Kazimir MALEVITCH, artiste russe à l’origine du courant

« Suprématisme » où l’abstraction est absolue.

Résultat de recherche d'images pour "kazimir malevich suprematist composition"Image associée

 

 

 

 

 

 

 

Chaque enfant à l’aide de formes (carrés, triangles et rectangles) mises à disposition et soigneusement découpées, a essayé de représenter ce à quoi il pensait. Puis ses camarades devaient interpréter sa production. Nous nous sommes alors aperçus que dans l’art abstrait il y a plusieurs interprétations possibles et que ces interprétations peuvent encore varier selon le sens de présentation de la production. En fait dans cet art, tout le monde a raison !