Alphabet corporel !

Partis à la découverte de l’alphabet, nous avons essayé de former chaque lettre avec notre corps. Nous nous mettions à plusieurs et essayions de nous positionner pour former une lettre déterminée ; cela n’était pas toujours facile. Après plusieurs tentatives, voilà ce que nous avons obtenu : l’alphabet des Grandes Sections.

l’ordre alphabétique

En ce début d’année, nous étudions « la bataille de l’alphabet » d’Eglal Errera.

Comme dans l’album où l’ordre des lettres a été déterminé par les initiales des enfants, nous nous sommes rangés selon notre initiale dans l’ordre alphabétique.

Evidemment nous n’avons pu représenter chaque lettre !

Moyens de transports insolites…

Travaillant sur les moyens de transport, les enfants par groupe de deux en ont imaginé un ; voici leurs constructions.

Lukas et Célian ont imaginé une voiture télé-électrique :

Lucie et Enzo, un char volant :

Clément et Macéo, une moto-télé :

Ilario et Elias, un avion de transport :

Anna et Talia, une voiture volante :

Jeyna et Sofia, un avion qui transporte un bateau :

Antoine et Olivia, une voiture de course qui peut voler avec une roue de secours à l’arrière :

Michel et Samuel, un 4X4 :

Nathéo et Martin, un quad de police :

Lison et Samuel, un avion avec un bateau et un sac de secours :

Ella et Lily, un bateau à moteur :

Et Isaline et Myriam, un avion de chasse :

 

Quelle imagination !

 

 

Champlitte

Nous avons commencé notre journée à Champlitte par la construction d’une fusée avec un pic à brochette et une paille.

Nous avons ensuite testé notre bricolage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le guide nous a alors conduit dans le musée des machines et nous a expliqué le rôle de la locomobile : c’est comme un moteur qui peut être déplacé et qui peut faire fonctionner plusieurs machines selon les besoins : machines agricoles, forestières ou en atelier. On y met du charbon qui chauffe l’eau et cela fait de la vapeur et produit de l’énergie.

 

 

 

 

La locomobile peut être plus petite comme celle-ci :

ou alors beaucoup plus importante ; dans ce cas elle n’est plus mobile.

 

Celle-ci était utilisée dans une scierie.

Ensuite nous avons découvert une autre machine qui permettait  d’écraser le blé grâce à une meule qui tournait entraînée par un système d’engrenages et de roues ; le tout alimenté par l’eau. Cela nous a fait penser aux moulins.

 

 

 

 

 

Nous sommes ensuite allés dans le musée des transports et avons découvert une ancienne voiture transformée en bétaillère, une machine à gonfler les pneus, une ancienne pompe à essence…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous avons vu les marchands ambulants : le tissu, l’épicerie, la pharmacie, le cuir, la boulangerie…

 

On a même vu un chariot de pompier où les pompiers remplissaient le chariot grâce à des seaux pliables en chanvre : le chanvre est un tissu dont les fibres gonflent avec l’eau et qui devient donc imperméable. Puis 4 pompiers (2 de chaque côté) devaient pomper pour faire jaillir l’eau du tuyau tenu par d’autres.

Nous avons vu des petites motos et vélos :

 

 

 

 

 

 

Et avons fini notre visite du matin par une ancienne voiture :

C’était la seule voiture de Champlitte détenue par une riche famille. C’était une voiture rapide qui allait à 50 km/h.

On a remarqué plusieurs choses : les essuies-glaces étaient petits sur la surface supérieure du pare-brise et manuels ; la roue de secours se vissait à côté de la roue crevée ; le volant était à droite car dans ce temps là il n’y avait pas de règles et les constructeurs pouvaient le mettre tant à gauche qu’à droite qu’au milieu. Et la capote était en chanvre bien entendu pour son imperméabilité.

L’heure du pique-nique tant attendu est alors arrivée :

Après avoir mangé et joué avec les copains derrière le château, nous avons fait un retour en arrière en écoutant la guide nous expliquer la vie quotidienne d’autrefois.

Nous avons découvert la maison : une seule pièce au sol en terre battue.

Dans cette pièce 2 lits : un où dormaient les enfants tête-bêche et l’autre pour les parents plus le berceau pour le bébé. On y trouvait également une grande table et une grande cheminée pour cuisiner, chauffer et éclairer. Pas de toilettes, pas d’évier… Le pain était cuit tous les 15 jours au four du village.

 

 

 

 

 

 

Nous avons ensuite rapidement vu une salle de classe :

 

 

 

 

 

 

Et la guide a fini la visite par la salle de la fête foraine. On y trouvait un carrousel (pas très ancien) avec des chevaux de bois d’époque, une calèche de forains dans laquelle ils y vivaient à 7, un orgue de Barbarie, et des marionnettes…

 

 

 

 

 

 

 

      

 

La guide nous a joué un petit air à l’orgue de Barbarie ; c’était très entraînant et donnait envie de danser.

Mais tout a une fin et on a dû reprendre le chemin du retour : adieu Champlitte !